Thérapie du sommeil : Témoignages

Moins dormir c’est dur et demande une volonté de fer!

Vous trouverez ci-dessous des témoignages d’insomniaques en rémission ou en cours de guérison qui témoignent de la difficulté de l’expérience de la RTPS (Réduction du Temps Passé au Lit) et RTS (Réduction du Temps de Sommeil), difficulté qui varie selon les personnes, selon le type et l’ancienneté de l’insomnie, etc.

Ces témoignages proviennent du forum du site de l’association pour la promotion du sommeil en médecine générale 

A quel moment la RTPL porte t-elle ses fruits? Sérieusement il faut attendre 1 an? Comment le sent-on? on se sent petit à petit moins fatiguée et on dort petit à petit pas plus mais mieux?

« Il n’y a pas de règles en la matière…Tout dépend de l’ancienneté de ton pb,de ton chronotype,des efforts continus que tu vas faire,de tes expériences, de certaines « résistances »…. Tu peux très bien ressentir des effets positifs dès la première semaine…parfois c’est plus long…mais ce qu’il faut retenir c’est qu’en général les effets sont positifs. Tu sentiras ces effets positifs quand tu te coucheras détendue et que tu te leveras en forme. »

 

La RTPL c’est toute la vie ou bien notre cycle a tendance à se réguler en s’allongeant un peu? Comment régler tout ça petit à petit?

« Acdma a très bien répondu a cette interrogation qu’on s’est également à peu près tous poser. Il va te falloir fouiner un peu dans le forum  Ce que tu entreprends est une réeducation des sensations (fatigue/somnolence)…parfois tu pourras lacher du leste parfois il faudra resserer la rtpl/rts…une histoire de dosage. »

Est ce qu’il ne vaudrait mieux pas se faire une véritable nuit blanche pour commencer? Est ce que ça irait pas plus vite comme ça? Parce que honnêtement je suis prête à faire des expériences plus radicales si ça peut améliorer mon état plus vite!

« La bonne nuit blanche, c’est la méthode « dure » (mais pas mortelle pour 2 sous!)…certaines personnes qui entament la RTPL/RTS commencent effectivement par une nuit blanche. je l’ai testée et approuvée (en vacances c’est plus simple, je te l’accorde). Ca a le mérite d’accélerer les sensations c’est certain… Bien entendu, si tu fais nuit blanche, il te faudra être active dans la journée car si tu restes sur le canapé ca va limiter les effets…. »

« Tu sentiras ces effets positifs quand tu te coucheras détendue et que tu te leveras en forme. »

« Ce que dit Doom, plein de bon sens et d’espoir est pour moi encore de la science fiction ! J’en suis tout comme toi au stade où je me demande ce que cela fait de bien dormir et ne plus avoir de symptomes tant cela fait parti de mon quotidien depuis de nombreuses années et je considère les gens qui dorment normalement et qui ont des journées normales comme des nanti de la santé, comme ceux qui ne savent pas la chance qu’ils ont de ne pas souffrir, de se sentir bien, etc… C’est totalement réducteur je le concède »

 

Pas besoin de courage. Et pour réussir, il suffit d’un cerveau en état de marche. 

« Je finis ma dixième semaine de RTPL/RTS .Hier soir je me suis couché à 12:45 et me suis levé à six heures (réveillé par mon réveil !).Endormissement rapide.

Est-ce que je fais des progrès ? Oui je crois, mais vraiment très très lentement et en dents de scie.Faut dire que je souffre d’insomnies (surtout matinales) depuis déjà de longues (et pénibles) années. Pour l’instant je n’envisage pas encore de rallonger mon TPL.Oui,oui Docdodo j’ai je crois un cerveau en état de marche et je continue à faire des expériences.
Je constate que je pique toujours du nez devant la télé (très difficile à éviter) et que je ne ressens toujours pas de vraie somnolence au moment du coucher.
Je dois régulièrement me lever (une fois par nuit) pour une visite aux toilettes (preuve que mon sommeil n’est toujours pas profond ?). »

Il ne faut pas de courage pour guérir de la fatigue, mais il en faut beaucoup pour y résister. 

« C’est LE drame des insomniaques! et c’est pour cela qu’on se décarcasse!! »

La rts très serrée me fait peur. C’est pour ça que je  reste « au milieu du gué » : j’ai fait plein de progrès (endormissement rapide, plus de réveils la nuit, moins de « crises », retour d’une vie sociale de mon âge…) MAIS je reste fatiguée en journée et sans somnolence le soir.

« Comme toi, je trouve que ça demande énormément de courage de se lancer  (pour rester positif, assumer tout de même ses responsabilités familiales et professionnelles, gérer la culpabilité…), or le courage ce n’est pas ma plus grande qualité ! Docdodo a raison de dire « il ne faut pas de courage pour GUÉRIR de la fatigue, mais il en faut beaucoup pour y RÉSISTER » mais il oublie qu’entre les deux il faut beaucoup de courage pour SE LANCER !

Je partage l’avis de Sunny : il faut essayer avant de dire que ça ne marche pas. (c’est comme quand je dis à mes enfants de goûter avant de dire que ça n’est pas bon  )

Tu devrais voir les choses sous cet angle : Tu fais une EXPÉRIENCE avec ton corps (comme certains traversent des mers à la nage ou sautent de l’espace pour passer le mur du son). Ces défis m’ont toujours semblé débiles car ce n’est pas dans mon tempérament (et peut-être pas le tien non plus) de chercher à se dépasser. C’est peut-être pour ça qu’on est aussi indécis sur la RTS, qui dans le genre « défi fou » est en belle position !

Ne fais pas cette RTS parce que les gens te poussent à le faire. Fais-le quand tu seras prêt. Et quand ce sera le cas, fais-le comme une expérience scientifique. prends une semaine (ou plus, à toi de voir) où tu n’as pour seul objectif que de faire ça. tout le reste restera en « stand by » (pose des jours de congés ou accepte d’être moins performant cette semaine-là et explique à ta fille que « papa tente une drôle d’expérience pendant quelques jours »). tu seras ton propre cobaye. tu noteras tous tes résultats et en tireras les conclusions. Après, même si ça ne règle pas tes problèmes, tu auras au moins la fierté d’avoir dépasser tes limites, repousser tes plus fortes angoisses et tu te sentiras plus fort.

Voilà où j’en suis de mes réflexions. pour l’instant je n’ai pas encore trouvé le courage de me lancer mais l’idée fait son chemin… Peut-être nous lancerons-nous ensemble ! »